L'ancienne église

L'ancien sanctuaire de fut réhabilité en 1994

L'ancienne église de Meritxell, de l'epoque romane, fut détruite par un incendie la nuit du 8 au 9 septembre 1972

L’église, bâtie sous l’invocation de la Vierge de Sainte Marie de Meritxell, est à l’originie une construction de la période romane, transformée durant la période baroque. Comptait sur une taille romane de la Vierge intronisée tenant l’enfant dans ses bras, datée du XIIème siècle, qui plus tard serait la patronne de tous les habitants des Vallées, et conservée dans l’ancien sanctuaire jusqu’à l’incendie en 1972.

Il s’agissait d’un temple très humble formé d’une seule nef avec une abside semi-circulaire à l’est. Vers 1658, la nouvelle église baroque qui en grande partie correspond à l’actuelle fut bâtie, hormis le chevet qui fut modifiée au XIXe siècle lorsqu’une loge fut construite et l’intérieur fut décoré avec des peintures murales du peintre Josep Oromí. Débouche pratiquement sur un édifice de nouvelle base. Plus large, il s’oriente transversalement nord-sud, et un clocher à jour à double baie et un porche sur le côté sud sont construits.

Les structures visibles, provenant de cette primitive œuvre romane, sont rares: ont été conservés le mur ouest qui s’intègre dans le mur latéral ouest de l’édifice baroque, et les fondations de l’abside, découvertes lors de recherches archéologiques effectuées en 1991.

Celles-ci laissèrent apparaître toute la base de l’édifice à nef unique et celle du porche situé sur le côté sud. Ces vestiges sont suffisants pour permettre d’imaginer un temple à structure simple et aux dimensions réduites, de style populaire et analogies typologiques avec l’architecture religieuse de l’époque romane pratiquée dans les régions pyrénéennes.

Sur les murs intérieurs, la décoration picturale devait évoquer des thèmes religieux en vigueur à l’époque. Les travaux archéologiques ont mis à découvert l’existence d’au moins deux couches de restes picturaux sur les murs du chevet.

Cette nouvelle étape remplit l’intérieur avec de nouveaux retables, plus monumentaux et artistiquement plus riche, avec des dorures, des relief et des images en buste plus en accord avec le style baroque. Bien que certaine scènes bibliques universelles y fussent représentées sur les prédelles, le corps du retable était voué aux saints en vigueur à l’époque.

La vénération toute particulière vouée à la Vierge de Meritxell fut indirectement à l’origine, durant le XIXème siècle, de la dernière réforme du chevet de l’église, avec l’inclusion d’une niche afin de rendre plus accessible l’image de la Vierge romane, aux citoyens et aux dévots. En 1866 le peintre Josep Oromí de la Seu d’Urgell décora, à la façon ‘horror bacui' , les murs intérieurs de l’édifice avec des ornementations en trompe œil sur la base de figurations architecturales et draperies.

La nuit du 8 au 9 septembre 1972, un incendie détruit une grande partie de l’église. Les ruines restantes de l’incendie furent réhabilitées et, en 1994, la chapelle de Sainte Marie de Meritxell devint le cadre de l’exposition permanente Meritxell Memòria (Meritxell Mémoire).

 

L'ancienne église depuis l'incendie

L'INCENDIE

L’incendie du sanctuaire de Meritxell, dans la nuit du 8 au 9 septembre 1972, de détruisit l’édifice et tout ce qui se trouvait à l’intérieur. La réaction populaire, de grande commotion, fut immédiate et une inquiétude généralisée se manifesta. L’on parla de catastrophe, de perte de personnalité spécifique andorrane et de destruction de notre patrimoine immeuble et meuble, des questions demeurent, de nos jours encore, sur quel fut le destin de l’image de la patronne.

En 1974 l’Atelier d’Architecture de Ricard Bofill présenta le projet du nouveau sanctuaire qui fut inauguré en 1976. La crise économique, le cours politique et la réponse populaire obligèrent à ce que le projet initial ne fut pas mené à terme dans sa totalité. Cette nouvelle construction synthétise et combine les formes du monde roman, les ruines de l’ancien sanctuaire avec des éléments architecturaux propre de la renaissance florentine et de l’art islamique.

20 ans après l’incendie, un processus de réhabilitation de l’ancien sanctuaire de Meritxell fut entamé, dont 1994 sera la culmination avec la réalisation de l'exposition commémorative ‘Meritxell Mémoire' qu'on peut être visitée actuellement.

 

Avec l’approbation en 1993 de la Constitution, la séance que les Consell General tenait tout les ans dans le sanctuaire de Meritxell fut supprimée. Ce fait a signifié une séparation entre pouvoir politique et le séculier. Ainsi, le jour de Meritxell a récupéré son véritable sens social et religieux.

 

L'EXPOSITION ‘MERITXELL MÉMOIRE' (Meritxell Memòria)

Le début de cette exposition nous transporte du point de vue de la scénographie sous un rosie sylvestre fleuri : l’élément protagoniste qui, d’après la légende, abritait l’image de la Vierge de Meritxell, en plein mois de janvier.

Une fois à l’intérieur, différents panneaux-vitrine, inspirés par les formes des retables, servent de cadre pour expliquer la village, l’histoire, le patronage et l’incendie de Meritxell. Les pièces les plus représentatives sont aussi exposées.

Les pièces qui survécurent à l’incendie sont aussi exposées. En guise de fonds, nous trouvons diverses photographies qui évoquent certains moment vécus autour du sanctuaire.

Nouvelle image de Notre Dame de Meritxell pour l'ancien sanctuaire

Dans le cadre de l'incorporation du Sanctuaire de Meritxell à la Ruta Mariana (Route Mariale), une nouvelle taille de la Vierge de Meritxell a été placée dans l'ancienne église. De cette forme, l'église a récupéré la possibilité de prier à la vierge entre ses murs, ainsi que s'était fait pendant des siècles. L'image a été chargée par le Departament de Patrimoine Culturel à l'artiste et restauratrice Ingrid Forell.

Le 30 mai du 2014 a eu lieu l'acte de présentation de la nouvelle image. Dans ce même acte, l'image a été bénie par Mosén Ramón Rossell, le recteur du sanctuaire

 

TOP