La Légende

Timbre commémoratif de la légende de Meritxell

Les origines remontent à une belle légende, transmise depuis toujours de père en fils

La légende raconte que le jour de la fête des Rois, le 6 janvier, un berger qui se rendait à Canillo pour assister à la messe en un jour si important, et alors qu’il passait près de l’endroit où se dresse aujourd’hui le sanctuaire, vit un rosier sylvestre fleuri en plein hiver, sous les branches duquel se trouvait une belle taille représentant la vierge. Après cette trouvaille, les habitants du village emportèrent l’image à l’église de Canillo, l’installèrent sur le maître autel, en promettant de construire une église pour la garder.

Le lendemain, le sacristain de la paroisse ouvrit la porte de l’église. Il constata que l’image de la Vierge avait disparue, pour apparaître de nouveau au pied du rosier sylvestre en fleurs, près de Meritxell. Les villageois d’Encamp décidèrent que si la Vierge n’avait pas voulu rester à Canillo, c’est parce qu’elle ne voulait pas y être et qu’elle préférait être à Encamp. Les habitants d’Encamp l’enfermèrent donc à double tour dans leur église, tout en promettant également de bâtir une belle église en son honneur. Le lendemain, le fait se reproduisit : la Vierge avait disparu. Les habitants d’Encamp retournèrent donc à Meritxell et de nouveau trouvèrent la Vierge au pied du rosier sylvestre. En plus, bien qu’il y eut eu une importante chute de neige la veille, tout était sec autour du rosier.

Les présents crièrent de nouveau au miracle et comprirent que c’était là l’endroit où la Vierge voulait rester. Les habitants de Canillo et d’Encamp réunis, bâtirent la chapelle exactement en cet endroit: l’actuel sanctuaire de Meritxell.

TOP